Suivez nous sur Facebook

18/04, 8ème étape: Lago Futalaufquen - Bariloche

Etape 9

Futalaufquen – Bariloche

273 km

La moto est de retour

 

Toute l’expédition a été réveillée par le léger bruit moto de Bastien Hieyte du Team Michelin trop content de pouvoir enfin remonter sur son véhicule. Il a en effet réussi à la remettre en marche grâce à l’équipe technique de Motorcycles qui depuis la Hollande et via un ordinateur a réussi à réaliser un diagnostic à distance et à réinitialiser la moto, immobilisée par un problème de déphasage.  

Les équipes sont émerveillées durant tout le premier tronçon de piste par le paysage majestueux du lac Futalaufquen et des lengas qui ont viré au rouge écarlate sur les flancs des montagnes enneigées.

Nous apprenons au cours de la matinée que le spectacle de moto trial a été annulé à Bariloche, pour des  raisons d’organisation interne de la ville. Nous abordons donc la vallée agreste de Cholila sous un beau soleil et décidons d’accepter l’invitation que nous avions d’abord refusée, faute de temps, de passer par le lycée agro-technique situé à l’extérieur du village et qui reçoit le soutien de la fondation Cruzada Patagónica. La visite est une vraie fête : la directrice María Luisa Palmieri, les professeurs et une centaine d’élèves, nous attendent dès la barrière, au milieu des champs, des potagers, de la laiterie et de l’atelier. Le bâtiment, un ancien hôpital de campagne parfaitement entretenu, abrite les salles de classe, des dortoirs et une grande cantine qui sert aussi de salle commune. Nous sommes invités à partager le déjeuner –délicieux et léger- et à répondre aux questions de tous les élèves et professeurs qui nous étonnent par leur connaissance du sujet : ils sont d’ailleurs en train de fabriquer par leurs propres moyens une éolienne avec de grande pales en bois pour générer de l’énergie pour le lycée. Pendant ce temps les voitures ont été chargées sans problème et nous repartons revigorés par cet échange. Le trajet est encore long, il nous faut poursuivre la vallée, passer par El Bolsón et arriver à Villa Mascardi où nous effectuons une nouvelle recharge –impeccable- dans la station service del ACA (Automovil Club Argentino) avec la collaboration du propriétaire José Luis Bartolini, du gérant et de plusieurs techniciens qui avaient déjà tout préparé. Voilà qui est de bon augure pour une possible installation de bornes de recharge dans des stations services. Les vélos Matra sont aussi au rendez-vous et Bastien Hiyete, qui s’est échappé en solitaire et à plein régime dès le matin.

Après avoir passé presque dix jours dans un environnement naturel, immense et solitaire, nous traversons les abords de Bariloche, un peu déboussolés par le retour à l’univers urbain, la circulation et les quartiers précaires qui entourent l’agglomération. Le chef lieu de la région est pourtant un grand centre touristique aux allures suisses qui s’étend sur la rive du grand lac Nahuel Huapi et au pied des montagnes. Notre journée se termine face au lac, à l’heure bleue, sur le parvis du bel hôtel Cacique Incayal, où nous attendent deux nouveaux participants de la course : le navigateur et alpiniste Eric Loiseau et le médecin Emmanuel Charrié. Roberto Stazzoni de Scame, quant à lui, est revenu pour poursuivre l’éco-rally et Francisco Casella son collègue, accompagnera l’expédition durant la prochaine étape.